Archives audiovisuelles de la critique d'art

Journée d'études

vendredi 19 octobre 2012

En 1988, quarante ans après la création de  l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA), naît l’idée de regrouper au sein d’un centre documentaire les publications, mais également les archives personnelles de nombreux critiques d’art: notes, correspondances avec les artistes, dossiers, photographies, documents audio, mais également films et vidéos. Les Archives de la critique d’art, créées en lien avec l’AICA et l’Université Rennes 2, offrent ainsi à travers ces divers formats archivistiques un lieu d’interrogation privilégié de la pensée critique dans le
domaine de l’art. Cependant, là où les archives écrites ont été et sont toujours abondamment étudiées dans le cadre de diverses réflexions, soit  sur les artistes, soit sur la pensée des critiques d’art eux-mêmes  –  plusieurs thèses sur Pierre Restany, soutenues depuis le début des années 1990, se sont par exemple appuyées sur ces documents –  les archives audiovisuelles constituent pour leur part un support relativement inexploité, pour ne pas dire majoritairement inexploré.
 
Ces objets présentent pourtant un indéniable intérêt scientifique dès lors qu’ils se trouvent historiquement et esthétiquement recontextualisés, au cœur du travail des critiques  concernés. Ainsi, quel rôle attribuer à ces documents, et en quel sens témoignent-ils d’une pensée de l’art en dépit, la plupart du temps, de l’imperméabilité de leur contenu, ou de références parfois lacunaires ? Et en retour, en quoi cette pensée de l’art permet-elle de mieux entendre certains de
ces films qui, orphelins, n’auraient peut-être pu s’émanciper de leur singulier voilage référentiel ?   Au-delà des documents spécifiquement tournés par les critiques eux-mêmes (compte-rendu d’exposition, archives personnelles, genèse d’œuvre d’art filmée en direct, etc), mettant de fait en évidence leur vision plastique et leurs centres d’intérêt artistiques, les documents leur appartenant mais dont ils ne sont pas les auteurs représentent également une source essentielle quant à la compréhension de leur activité professionnelle. Qu’ils soient envoyés par des artistes
en vue d’une promotion de leur travail, qu’ils soient le signe d’une proximité entre un critique et un artiste qu’il défend, ou qu’ils soient simplement des enregistrements télévisuels nous renseignant, soit sur la spécialisation de tel ou tel critique, soit sur ses propres apparitions cathodiques lors de telle ou telle manifestation publique, ces films et ces vidéos permettent, chacun à leur manière,  de mieux entendre la cohérence d’un parcours et la continuité d’une conception personnelle de l’art.  
 
Cette journée d’étude consiste ainsi à offrir une visibilité nouvelle à ces archives
audiovisuelles, par le biais d’interventions visant à éclairer le travail de plusieurs critiques d’art à la lumière des fonds d’archives vidéo et filmique leur appartenant, qu’ils en soient ou non les auteurs – mais également, en miroir, à « faire la lumière » sur certains documents obscurs en vertu de leur appartenance à  un fonds particulier, c’est-à-dire à une école de pensée esthétique spécifique leur conférant un sens dont ils auraient peut-être, sans cette approche, été dépossédés.   
 
Les interventions seront accompagnées de la projection de certains documents extraits du corpus d'archives audiovisuelles des Archives de la critique d'art. Un court film documentaire (9 mn 30) présentant les différents types de ressources audiovisuelles est également consultable sur la page du site www.archivesdelacritiquedart.org
 
 
Programme de la journée
 
9h30-9h45: Accueil des participants à l’université Rennes 2, amphi Musique, bâtiment 0 (premier étage)
   
9h45-10h: Présentation de la journée par Jean-Baptiste Massuet
 
10h-10h45: Sylvie Mokhtari (Université Rennes 2 – Archives de la critique d’art), « Jean Clareboudt: "nuage du sculpteur" »
Si pour Jean Clareboudt, « le travail se concrétise en un endroit bien précis », pour tous ceux qui s’intéressent aujourd’hui à son travail, il est à aborder sous toutes ses formes grâce à ses archives: de la conception (dessins, carnets, symposiums…) à la réalisation finale (production, publications, presse, archives photographiques, vidéos et films). Le film  Nuage du sculpteur  en fournit une illustration exemplaire. L’attention que Jean Clareboudt portait aux matériaux, à la nature et au
corps y transparaît. Le film reflète ses recherches sur l’énergie mais aussi l’hétérogénéité des formes données à son activité (objets recueillis, performances, photographies, dessins, sculptures, écritures).
 
10h45-11h30: Janig Begoc (Université de Strasbourg), « Les images muettes de François Pluchart: toucher avec les yeux, écrire avec le cadre, l’expérimentation et la mise en mémoire des corps comme discours ».
Entre 1970 et 1972, alors que se développaient en Europe et aux Etats-Unis les pratiques de la performance et du Body art et qu’il se préparait lui-même à en devenir le défenseur en fondant la revue arTitudes, le critique d’art François Pluchart a réalisé une dizaine de films amateurs. Parce qu’elles témoignent d’un regard incarné, qu’elles semblent chercher à toucher et à dire les corps autrement que par les mots, ces images muettes se prêtent facilement à une interprétation anecdotique ou psychologique. Mais elles permettent du même coup, une  fois ces limites identifiées et « neutralisées », d’interroger l’intérêt scientifique des archives audiovisuelles de la critique d’art et d’identifier leurs enjeux méthodologiques au regard de l’historiographie de la performance. Entre expérimentation et mise en mémoire des corps, elles s’offrent comme coulisse du discours et antichambre de l’histoire.
 
11h30: Discussion
 
12h: Déjeuner
 
14h: Reprise aux Archives de la critique d’art avec café d’accueil (4 allée Marie Berhaut, Rennes)
 
14h15-14h45: Projections d’extraits de films issus du fonds Ramon Tio Bellido  (critique d’art – membre fondateur des Archives de la critique d’art)
 
14h45-15h30: Discussion ouverte avec Ramon Tio Bellido  
 
15h30-16h15: Jean-Baptiste Massuet et Cyrielle Dozières (Université Rennes 2), « Les archives audiovisuelles des critiques d’art: une forme de critique d’art ? »
L’enjeu de la critique d’art pourrait se définir par le fait de faire entrer dans – et par – le langage commun le langage spécifique des œuvres et ainsi, d’élargir l’aspect communicationnel de chaque production plastique afin d’en offrir une vision singulière. Néanmoins, la critique d’art ne saurait être réduite à une définition sur sa forme, sur son discours et sur son mode d’existence. De fait, cette communication propose d’élargir la pratique critique à une autre forme, moins évidente, celle de l’archive audiovisuelle. Ces documents peuvent-ils ou non se voir attribuer, dans ce cadre archivistique précis, une dimension critique ? En d’autres termes, les archives audiovisuelles appartenant à des critiques d’art peuvent-elles constituer en elles-mêmes une forme de critique d’art ?
 
16h15-16h30: Discussion
 
16h30-17h45: Projection de deux films
 
-Joseph Beuys, I Like America and America Likes Me, 1974 (fonds Jean-Marc Poinsot)
-Renaud Auguste-Dormeuil, Excuse de Provocation, 2001 (fonds Catherine Francblin)
 
 

2012-10-08

Archives de la critique d'art