Frank Popper

Biographie

Né le 17 avril 1918 à Prague, Frank Popper a successivement vécu à Vienne, Londres, Rome et Paris où il s'est établi définitivement en 1955. 

Après avoir étudié aux Universités de Londres, Rome et Paris-Sorbonne, il a obtenu, en 1966, un doctorat d'Université en Esthétique avec une thèse sur "L'image du mouvement dans les arts plastiques depuis 1860" et, en 1970, un doctorat d'Etat intitulé "L'art cinétique". Les doctorats ont été obtenus à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'université de Paris-Sorbonne. 

Depuis 1962, il fait partie de l'Institut d'Esthétique et, au début de 1969, il est parmi les fondateurs du département Art de l'université de Paris VIII - Vincennes où il dirige le département Arts plastiques de 1970 à 1983. En 1976, il est nommé professeur titulaire d'Esthétique et Sciences de l'Art et, en 1985, professeur émérite, dans cette même université. Une première réflexion de Frank Popper, amorcée dans un article du Courrier de l'Unesco en 1963 et élaborée dans plusieurs ouvrages, notamment "Naissance de l'art cinétique' (Paris, Londres, Greenwich, Conn. 1967-68) et "Die kinetische Kunst' (Cologne, 1975), a porté sur les manifestations de la lumière et du mouvement dans l'art moderne et en particulier sur les oeuvres optiques, les oeuvres cinétiques tridimensionnelles (machines et mobiles) et les oeuvres lumino-cinétiques. Frank Popper a pu constater que les artistes se servant de techniques et matériaux nouveaux pour créer ces oeuvres ont transformé l'image du mouvement dans l'art en un véritable art du mouvement.

Plusieurs expositions organisées par ses soins, notamment "Kunst-Licht-Kunst' au Stedelijk Van Abbemuseum à Eindhoven (1966) et "Lumière et Mouvement' au Musée d'art moderne de la Ville de Paris (1967), ont pu en faire la démonstration.

Parmi les nombreuses études de Frank Popper concernant les artistes cinétistes, la monographie sur Yaacov Agam connaît sa 4ème édition (1990).

Ces travaux, à la fois théoriques et pratiques, ont fait de Frank Popper l'éminent spécialiste de l'art cinétique. Par la suite, il s'est attaché à démontrer que les notions d'environnement et de participation du spectateur dans les arts convergeaient fortement depuis le milieu des années 1960 et il a tenté de redéfinir les relations entre l'artiste, le théoricien et le spectateur à partir de cette constatation dans un ouvrage intitulé "Art, Action et Participation: l'artiste et la créativité aujourd'hui' (Paris, Londres, New York 1975-80).

Enfin, l'étude de la mutation des relations entre artiste et spectateur à partir des nouvelles formes de l'art contemporain (art conceptuel, art réaliste et social, art de l'environnement, art de l'électronique et de l'informatique) l'a amené à s'intéresser aux arts technoscientifiques et aux arts de l'interactivité, en particulier à l'utilisation artistique du laser, de l'holographie, de la vidéo, de la télécommunication et de l'image numérique.

Le catalogue de l'exposition "Electra: l'Electricité et l'électronique dans l'art au XXème siècle', Musée d'art moderne de la ville de Paris (1983-84), conçue par Frank Popper ainsi que son ouvrage "L'Art à l'âge électronique' (Paris, Londres, New York 1993) témoignent de cet intérêt pour un art qui permet à l'action et à la pensée techniques et esthétiques de se rejoindre. Depuis 1993, Frank Popper a publié une série d'articles dans différents ouvrages collectifs et périodiques en langue française, anglaise et allemande au sein desquels il étudie la visualisation, la médiation culturelle et la double créativité artistique et scientifique à l'heure des nouvelles technologies. D'autre part, il s'est livré à un travail de réflexion sur sa vie, sur l'art et la critique d'art, dans l'ouvrage "Réflexions sur l'exil, l'art et l'Europe: entretiens avec Aline Dallier' paru aux éditions Klincksieck (Paris) en 1998.

Archives de la critique d'art