octobre 2007

11oct14 h 48 min14 h 48 minCarte Blanche à Christophe DOMINO

Plus

Détails de l'événement

Jeudi 13 mai 2004 _ 18H00
Ecole régionale des beaux-arts
. 34, rue Hoche. 35000 Rennes (Auditorium)
Rendez-vous avec le philosophe Jean-Pierre Cometti

Les invitations en forme de ‘Carte Blanche’ proposées par les Archives de la critique d’art donnent aux critiques l’occasion d’interroger publiquement les conditions théoriques de leur pratique et de leur activité.

CHRISTOPHE DOMINO a choisi d’interroger des héritages théoriques et des enjeux de méthode constitutifs du travail de la critique, sous la forme de conversations avec un ou deux invités.

Trois rendez-vous sont programmés pour l’année 2004. Le premier, sur le thème de L’Héritage de la philosophie américaine, inaugurera cette série en date du jeudi 13 mai 2004.

Les prochaines séances à l’automne 2004 seront consacrées à l’impact des traditions des Cultural studies et plus particulièrement des Gender studies d’une part, et des Post-colonial studies dans la pratique critique, puis à celui des Sciences humaines (de la psychanalyse à la sociologie) dans le champ de l’art et de la critique.

Il s’agira d’abord d’interroger l’héritage de la philosophie américaine, en particulier de la philosophie analytique et du pragmatisme américain, dans ce qu’elle remet en question l’idéalisme qui soutient la plupart des esthétiques européennes. L’écart entre la notion d’expérience esthétique dans la tradition européenne et celle d’experience, centrale chez un John Dewey, est un bon symptôme de cette rupture.

Par ailleurs, Jean-Pierre Cometti a développé des positions sur l’esthétique contemporaine et les arts aujourd’hui. Quelle place les héritages américains occupent-ils dans ces réflexions ? Quel rôle le philosophe attribue-t-il à la pratique de la critique aujourd’hui ?

CHRISTOPHE DOMINO est critique d’art indépendant, pour le livre, la radio, la télévision et la presse spécialisée, par ailleurs animateur de la section française de l’Association Internationale des critiques d’art (Aica-France).

JEAN-PIERRE COMETTI enseigne la philosophie à l’Université de Provence (Aix-Marseille 1). Il est spécialiste de Musil, Wittgenstein, de l’esthétique et de la philosophie anglo-saxonnes. Il poursuit une entreprise de clarification des conditions de la réflexion philosophique sur l’art à travers ses nombreuses publications. Depuis novembre 2003, il est également membre du comité de rédaction de la Revue francophone d’esthétique. Il est, entre autres, l’auteur de :
L’Amérique comme expérience : le pragmatisme et la philosophie américaine, Paris : PUF, 1999
L’Art sans qualités, Tours : Farrago, 1999
Art, modes d’emploi. Esquisse d’une philosophie de l’usage, Bruxelles : La Lettre volée, 2001
Art, représentation, expression, Paris : PUF, 2002, (Philosophies)

Date / Heure

(Jeudi) 14 h 48 min - 14 h 48 min

octobre 2007

11oct14 h 48 min14 h 48 minCarte Blanche à Christophe DOMINO

Plus

Détails de l'événement

du 09/12/2004 au 03/02/2005

Les invitations en forme de ‘Carte Blanche’ proposées par les
Archives de la critique d’art donnent aux critiques l’occasion
d’interroger publiquement les conditions théoriques de leur
pratique et de leur activité.

Rediffusion des rencontres  : http://www.uhb.fr/alc/grac/emprise/domino1/page1.html

Christophe Domino a choisi d’interroger trois
des traditions théoriques requises en différents moments de son
activité de critique, sous la forme d’une discussion publique avec
un ou deux invités (essayistes, critiques, philosophes). Ces
derniers travaillent à l’intérieur d’un héritage déterminé
cherchant à mettre en perspective des enjeux de méthode
constitutifs du travail de la critique.

Christophe DOMINO est critique d’art
indépendant (livre, radio, télévision, presse spécialisée :
actuellement pour Le Journal des Arts). Essayiste,
commissaire d’expositions et enseignant, il est aussi par ailleurs
Président de la section française de l’Association Internationale
des critiques d’art (Aica-France).

[1/3] Héritage de la philosophie
américaine et pensée critique

Avec Jean-Pierre COMETTI

Jeudi 9 décembre 2004 _ 18H00

Ecole régionale des beaux-arts. 34, rue Hoche.
35000 Rennes (Auditorium)

Il s’agira d’abord d’interroger l’héritage de la philosophie
américaine, en particulier de la philosophie analytique et du
pragmatisme américain, dans ce qu’elle remet en question
l’idéalisme qui soutient la plupart des esthétiques européennes.
L’écart entre la notion d’expérience esthétique dans la tradition
européenne et celle d’experience, centrale chez un John
Dewey, est un bon symptôme de cette rupture.

Par ailleurs, Jean-Pierre Cometti a développé des positions sur
l’esthétique contemporaine et les arts aujourd’hui. Quelle place
les héritages américains occupent-ils dans ces réflexions ? Qu’en
est-il de la critique aujourd’hui ?
Il s’agit ici de croiser pratique et théorie.

_______

Jean-Pierre COMETTI enseigne la
philosophie à l’Université de Provence (Aix-Marseille 1). Il est
spécialiste de Musil, Wittgenstein, de l’esthétique et de la
philosophie anglo-saxonnes. Il poursuit une entreprise de
clarification des conditions de la réflexion philosophique sur
l’art à travers ses nombreuses publications. Depuis novembre 2003,
il est également membre du comité de rédaction de la Revue
francophone d’esthétique
. Il est l’auteur, entre autres,
de :

L’Amérique comme expérience : le pragmatisme et la
philosophie américaine
, Pau : Presses universitaires de
Pau, 1999

L’Art sans qualités, Tours : Farrago, 1999

Art, modes d’emploi. Esquisse d’une philosophie de
l’usage,
Bruxelles : La Lettre volée, 2001

Les Définitions de l’art (sous la dir. de J-P.
Cometti), Bruxelles : La Lettre volée, 2004

[2/3] Postcolonial
Studies
et discours sur l’art des cultures
contemporaines marquées par la colonisation et autres cultures
minoritaires

Avec Elvan ZABUNYAN et Françoise VERGES

Mardi 11 janvier 2005 _
18H00

Ecole régionale des beaux-arts. 34, rue Hoche.
35000 Rennes (Auditorium)

Avec la « mondialisation » de la culture, la critique d¹art est
amenée à rendre compte de pratiques artistiques issues d¹autres
espaces culturels et d¹autres histoires : elle manque alors souvent
d¹outillages conceptuels pour en rendre compte. Les
Post-colonial Studies peuvent-elles aider la critique à
rendre compte de ces productions artistiques ?

Elvan Zabunyan a trouvé dans le travail de Françoise Vergès une
des réflexions qui a soutenu son propre travail sur la culture
afro-américaine et sur la question de l’identité visuelle noire.
Elle a souhaité inviter Françoise Vergès qui parle en politologue à
partir d¹une expérience vécue (elle a grandi à la Réunion) et de
théories dites postcoloniales (elle a été formée aux Etats-Unis)
des conditions de la culture dans les pays qui ont vécu la
colonisation, en décentrant significativement les moyens de
l¹analyse. Elle travaille en particulier à l¹organisation d¹un
musée de la créolité à la Réunion.

_______

Françoise VERGES est professeur au
Goldsmith College, à Londres. Elle travaille sur l¹histoire du
passé colonial et ses récits, et sur la manière dont ils imprègnent
l’imaginaire considéré comme pratique sociale. Elle a notamment
publié :

Chains of Madness, Chains of Colonialism: Fanon and
Freedom
, Londres : ICA, 1996

L’Assimilation : discours colonial et anticolonial,
Saint-Denis : Réunion, Grand Océan, 1996

Abolir l’esclavage : une utopie coloniale,
Paris : Albin Michel, 2001

La République coloniale (avec Nicolas Bancel et
Pascal Blanchard), Paris : Albin Michel, 2003

Amarres. Créolisations indiaoceanes (avec Carpanin
Marimoutou), Paris, 2003 ; réédition en cours, L’Harmattan,
2005

Elvan ZABUNYAN est maître de conférences en
histoire de l¹art contemporain à l¹université Rennes 2
Haute-Bretagne, critique d¹art et commissaire d¹expositions. Elle
travaille sur la culture et l’oeuvre d¹artistes afro-américains
majeurs et sur la constitution de la culture afro-américaine depuis
les années 1960, sur la problématique de la diaspora africaine mais
aussi sur la question des genres. En plus des nombreux articles
qu’elle a publiés en France et aux Etats-Unis, elle est l’auteur de
:

– Black is a colour, Paris : Dis Voir, 2004.

[3/3] La critique sous
influence ?
Psychanalyse, sémiotique et
phenomenologie : l’empreinte de trois systèmes théoriques
modernes sur les discours sur l’art

Avec Jacinto LAGEIRA

Jeudi 3 février 2005 _
18H00

Ecole régionale des beaux-arts. 34, rue Hoche.
35000 Rennes (Auditorium)

Objet d’un travail de recherche à paraître au printemps 2005, le
triple héritage sur lequel a travaillé Jacinto Lageira sonde trois
champs de référence majeurs de la critique d’art moderniste. J.
Lageira s’est interrogé sur la manière dont nombre des auteurs et
théoriciens en chacun de ces trois domaines ont pu se servir à un
moment ou à un autre de l’Âœuvre d’art comme objet philosophique.
Nous reprendrons chacune de ces trois traditions par rapport à leur
usage par la critique d’art et dans la compréhension des Âœuvres
contemporaines. En quoi servent-elles à la saisie des enjeux de
l’art ? Question de vocabulaire, de concepts opératoires, de
cadre de référence ? Avec Jacinto Lageira, les questions sont
posées du double point de vue de l’histoire des idées et de la
pratique de la critique.

_______

Jacinto LAGEIRA est critique d’art. Il enseigne
à l’école des Beaux arts du Mans et à l’Université Paris-1
Panthéon-Sorbonne. Outre de nombreux articles, en particulier pour
la revue Parachute à Montréal, il a publié entre
autres :

Des premiers mots aux derniers silences, Gary Hill,
Paris : Ed. du Regard, 2001

L’Image du monde dans le corps du texte, tomes
1&2, Bruxelles : La Lettre volée, 2003
(recueil)

Date / Heure

(Jeudi) 14 h 48 min - 14 h 48 min

octobre 2007

11oct14 h 48 min14 h 48 minCarte Blanche à Christophe DOMINO

Plus

Détails de l'événement

du 11/01/2005 au 03/02/2005

Les invitations en forme de ‘Carte Blanche’ proposées par les Archives de la critique d’art donnent aux critiques l’occasion d’interroger publiquement les conditions théoriques de leur pratique et de leur activité.

Christophe DOMINO a choisi d’interroger trois des traditions théoriques requises en différents moments de son activité de critique, sous la forme d’une discussion publique avec un ou deux invités (essayistes, critiques, philosophes). Ces derniers travaillent à l’intérieur d’un héritage déterminé cherchant à mettre en perspective des enjeux de méthode constitutifs du travail de la critique.

Christophe DOMINO est critique d’art indépendant (livre, radio, télévision, presse spécialisée : actuellement pour Le Journal des Arts). Essayiste, commissaire d’expositions et enseignant, il est aussi par ailleurs Président de la section française de l’Association Internationale des critiques d’art (Aica-France).

[2/3] Postcolonial Studies et discours sur l’art des cultures contemporaines marquées par la colonisation et autres cultures minoritaires

Avec Elvan ZABUNYAN et Françoise VERGES

Mardi 11 janvier 2005 _ 18H00

Ecole régionale des beaux-arts. 34, rue Hoche. 35000 Rennes (Auditorium)

Entrée libre et gratuite

Avec la ‘mondialisation’ de la culture, la critique d¹art est amenée à rendre compte de pratiques artistiques issues d’autres espaces culturels et d¹autres histoires : elle manque alors souvent d’outillages conceptuels pour en rendre compte. Les Post-colonial Studies peuvent-elles aider la critique à rendre compte de ces productions artistiques ?

Elvan Zabunyan a trouvé dans le travail de Françoise Vergès une des réflexions qui a soutenu son propre travail sur la culture afro-américaine et sur la question de l’identité visuelle noire. Elle a souhaité inviter Françoise Vergès qui parle en politologue à partir d¹une expérience vécue (elle a grandi à la Réunion) et de théories dites postcoloniales (elle a été formée aux Etats-Unis) des conditions de la culture dans les pays qui ont vécu la colonisation, en décentrant significativement les moyens de l’analyse. Elle travaille en particulier à l’organisation d¹un musée de la créolité à la Réunion.

Françoise VERGES est professeur au Goldsmith College, à Londres. Elle travaille sur l¹histoire du passé colonial et ses récits, et sur la manière dont ils imprègnent l’imaginaire considéré comme pratique sociale. Elle a notamment publié :

Chains of Madness, Chains of Colonialism: Fanon and Freedom, Londres : ICA, 1996

L’Assimilation : discours colonial et anticolonial, Saint-Denis : Réunion, Grand Océan, 1996

Abolir l’esclavage : une utopie coloniale, Paris : Albin Michel, 2001

La République coloniale (avec Nicolas Bancel et Pascal Blanchard), Paris : Albin Michel, 2003

Amarres. Créolisations indiaoceanes (avec Carpanin Marimoutou), Paris, 2003 ; réédition en cours, L’Harmattan, 2005

Elvan ZABUNYAN est maître de conférences en histoire de l¹art contemporain à l¹université Rennes 2 Haute-Bretagne, critique d’art et commissaire d’expositions. Elle travaille sur la culture et l’Âœuvre d’artistes afro-américains majeurs et sur la constitution de la culture afro-américaine depuis les années 1960, sur la problématique de la diaspora africaine mais aussi sur la question des genres. En plus des nombreux articles qu’elle a publiés en France et aux Etats-Unis, elle est l’auteur de Black is a color.

Date / Heure

(Jeudi) 14 h 48 min - 14 h 48 min

octobre 2007

11oct14 h 48 min14 h 48 minCarte Blanche à Christophe DOMINO

Plus

Détails de l'événement

Objet d’un travail de recherche à paraître au printemps 2005, le
triple héritage sur lequel a travaillé Jacinto Lageira sonde trois
champs de référence majeurs de la critique d’art moderniste. J.
Lageira s’est interrogé sur la manière dont nombre des auteurs et
théoriciens en chacun de ces trois domaines ont pu se servir à un
moment ou à un autre de l’oeuvre d’art comme objet philosophique.
Nous reprendrons chacune de ces trois traditions par rapport à leur
usage par la critique d’art et dans la compréhension des oeuvres
contemporaines. En quoi servent-elles à la saisie des enjeux de
l’art ? Question de vocabulaire, de concepts opératoires, de cadre
de référence ? Avec Jacinto Lageira, les questions sont posées du
double point de vue de l’histoire des idées et de la pratique de la
critique.

Jacinto Lageira est Docteur habilité à
diriger  des recherches et critique d’art. Il enseigne à
l’Ecole des beaux-arts du Mans et à l’Université Paris 1
Panthéon-Sorbonne. Outre de nombreux articles, en particulier pour
la revue Parachute à Montréal, il a publié :

Des premiers mots aux derniers silences : Gary Hill,
Paris : Ed. du Regard, 2001
L’Image du monde dans le corps du texte, tomes 1 &
2, Bruxelles : Ed. La Lettre volée, 2003

Date / Heure

(Jeudi) 14 h 48 min - 14 h 48 min

X