avril 2010

08avr14 h 43 min14 h 43 minMichel Ragon : vivre demain l'architecture

Plus

Détails de l'événement

3 au 21 mai 2010

Organisée par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne, ENSAB, avec les Archives de la critique d’art et l’Université Rennes 2-Haute Bretagne, cette exposition évoque le positionnement singulier du critique d’architecture tel que le conçoit Michel Ragon. Elle retrace un parcours dans l’architecture et l’urbanisme, des années 1950 aux années 1970, vu sous l’angle de la synthèse des arts.

Michel Ragon est autodidacte et pour lui l’activité de critique est une activité de promeneur et de fouineur qui, au-delà du travail d’érudition, est bien un engagement dans le monde. Le critique est bien sûr un producteur de textes mais aussi une sorte de bâtisseur qui construit des positions assumées au sein ou à l’encontre d’un réel qui résiste. Ecrivain, critique d’art et critique d’architecture, Michel Ragon opère cette synthèse qui replace chacune de ces activités dans le contexte de notre monde quotidien.
De son engagement au côté des écrivains prolétariens à partir de 1945, à la critique d’architecture après 1957, ses préoccupations sociales sont évidentes# Le rôle du critique n’est pas seulement de décrire des projets mais bien de s’engager dans les enjeux de l’architecture et de l’urbanisme : la fondation du GIAP (Groupe International d’Architecture Prospective) dont il est l’un des membres fondateurs en 1965 en témoigne# Présentés au sein de l’exposition, les projets de Guy Rottier et
Yona Friedman, membres du GIAP, soulignent l’importance accordée à une approche sociale et éthique de l’architecture. Les progrès technologiques y sont utilisés pour redonner une place centrale à l’habitant ainsi qu’à l’évolution des usages dans le temps# Satisfaire au mieux les besoins de chacun permet aussi de créer une esthétique architecturale et urbaine.
Mais cette approche que défend Michel Ragon vise également à une synthèse des arts. L’expression de « sculpture architecture » qu’il emploie montre que la réponse à des fonctions simples est insuffisante et que la satisfaction des besoins esthétiques, psychiques et spirituels est également fondamentale. Que ce soit au sein du GIAP ou avec Claude Parent, la forme architecturale devient un véritable environnement qui intègre toutes ces dimensions. L’architecture et l’urbanisme
sont aussi une ambiance perçue avant d’être une forme. Là réside sans doute une continuité de préoccupation entre le critique d’art et le critique d’architecture. Les oeuvres du Frac Bretagne (Martin Barré, Raymond Hains, Simon Hantaï et Pierre Soulages) choisies par Michel Ragon et présentées dans l’exposition sont dans ce rapport de matière, de texture, de lumière, voire de procédé à la fois ténu et si proche de la matérialité de l’architecture.

Les documents présentés à l’ENSAB proviennent du fonds d’archives de Michel Ragon versé aux Archives de la critique d’art en 2008. Ils constituent un panorama des préoccupations d’un critique d’architecture pour une architecture et un urbanisme utopiques et prospectifs qui connaissent un regain d’intérêt dans le monde de l’architecture aujourd’hui. Ces projets tentaient déjà de répondre aux enjeux urbains, écologiques et sociaux qui sont aussi ceux de nos villes
contemporaines.

Commissaire d’exposition : Frédéric Sotinel (architecte et enseignant à l’ENSAB), avec la collaboration de Laurence Le Poupon (archiviste, Archives de la critique d’art) et de Julie Monnery (diplômée d’un Master 2 en Histoire et ayant soutenu un mémoire sur Michel Ragon "« Drôle de métier » : la genèse du critique d’art Michel Ragon, 1943-1953 »").
Scénographie : Hervé Perrin (architecte et enseignant à l’ENSAB) avec ses étudiants de 4ème année.

INFOS PRATIQUES :

Exposition ouverte au public du 3 au 21 mai 2010, 
du lundi au vendredi (14h- 19h). 
A l’ENSAB – 44 boulevard de Chézy – Rennes. Renseignements : 02.99.29.68.04 
 

Table ronde ouverte au public le mardi 4 mai, à 18h à l’ENSAB
Invités : Michel Ragon, Jean-Marc Poinsot (Archives de la critique d’art), Hélène Jannière (ENSA Villette – CNRS), François Seigneur (ENSAB), Aurélien Vernant (Frac Centre). 

Colloque international
"Michel Ragon, critique d’art et d’architecture", 3-4-5 juin 2010, Paris, INHA
 

Ce colloque s’attachera à explorer la figure de Michel Ragon, en tant qu’acteur de la scène artistique et « producteur » d’archives livrant de précieuses informations à la recherche sur l’histoire de l’art du second XXe siècle. Il s’agira d’interroger les spécificités de son écriture critique dans ses rapports à l’écriture de l’histoire, à la narration et à la littérature anarchiste, genres auxquels le critique s’est confronté successivement. Les choix défendus par le critique seront analysés à travers l’étude des différentes facettes qui composent son activité de critique d’art et d’architecture.
Comité scientifique : Serge Guilbaut (University of British Columbia), Hélène Jannière (ENSA Paris- La Villette), Richard Leeman (Université de Bordeaux), Jean-Marc Poinsot (Université de Rennes).
Opérations associées sur www.inha.fr
 

Date / Heure

(Jeudi) 14 h 43 min - 14 h 43 min

X