mars 2010

22mars15 h 54 min15 h 54 minRencontre autour de la revue "MAY"

Plus

Détails de l'événement

Mercredi 7 avril 2010 – 14H00

Discussion publique en présence de Catherine Chevalier, Eva Svennung, éditrices et rédactrices en chef de la revue May.

Débat animé par Larys Frogier (directeur de La Criée – centre d’art contemporain), Jean-Marc Poinsot (professeur d’Université) et Elvan Zabunyan (maîtresse de conférences).

Rencontre organisée par la revue critique et bibliographique Critique d’art.

Catherine Chevalier, critique d’art, enseigne la théorie de l’image et la théorie de la communication à l’école supérieure d’art de Cambrai. Elle a travaillé récemment sur le catalogue de l’exposition Heimo Zobernig au capcMusée d’art contemporain de Bordeaux et sur une anthologie de textes de la revue Texte zur Kunst (avec Andreas Fohr).

Eva Svennung, commissaire d’exposition indépendante, a réalisé de nombreux projets en France, en Suède, en Suisse, au Mexique. Elle a été pendant plusieurs années la co-rédactrice en chef du magazine gratuit PaceMaker.

Conçue en 2009 comme un espace collectif où se confrontent des positions sur la production artistique contemporaine, May examine pratiques et théories de l’art, ainsi que les stratégies, les contextes ou les problématiques dont elles procèdent. Elle est le lieu d’une critique à l’œuvre aussi bien dans les textes que dans d’autres formes artistiques à partir de la publication d’essais, d’entretiens, d’interventions et de comptes rendus d’exposition réalisés par des artistes, des écrivains, des théoriciens. La revue ne cherche pas à exprimer le point de vue d’un groupe constitué ni d’une catégorie intellectuelle, sociale ou professionnelle : les auteurs, par leurs interventions mêmes, prouvent que les catégories dans lesquelles on enferme les artistes ou les critiques sont des constructions problématiques et restrictives.

May a également pour objectif d’interroger l’économie de la production des savoirs – notamment l’espace d’indistinction entre information et publicité caractéristique de notre époque. Au regard de la situation de l’art au début des années 1990, les priorités semblent à présent toutes autres (crise économico-politique, capitalisation des savoirs et dégradation des libertés qui en découlent). Même s’il est impossible d’échapper complètement à cette situation et d’éviter la transformation en amont des écrits critiques en objets de marchandisation, May suggère qu’il est possible, avec une tentative d’équivalence entre les formes discursives et visuelles, d’ouvrir un nouvel espace où faire l’expérience d’autres formes et d’autres pratiques de l’écriture, de la théorie et de la critique. Car comme le dit Marcel Broodthaers, l’essentiel « avant toute autre chose – c’est le problème du langage de cette critique […] ».

May
10, rue Jean-Pierre Timbaud, F-75011 Paris
post@mayrevue.com
www.mayrevue.com

 

Date / Heure

(Lundi) 15 h 54 min - 15 h 54 min

X