octobre 2019

17oct(oct 17)9 h 00 min05nov(nov 5)18 h 00 minPrix de la Fondation HnatyshynCatherine Bédard, lauréate pour l’excellence de son commissariat en art contemporain

Plus

Détails de l'événement

La Fondation Hnatyshyn annonce l’octroi de prix totalisant 75 000 dollars à des artistes et des commissaires en arts visuels
www.rjhf.com/programmes/mi-carriere/2019/boursiers.php
Ottawa, le 17 octobre 2019 – Gerda Hnatyshyn, C.C., présidente de la Fondation Hnatyshyn, a annoncé aujourd’hui le nom des lauréats des prix en arts visuels pour l’année 2019.

Le prix de 25 000 dollars reconnaissant l’œuvre remarquable d’un artiste canadien à mi-carrière est décerné à Dana Claxton et la lauréate de la récompense de 15 000 dollars soulignant l’excellence d’un commissariat en art contemporain est Catherine Bédard. Les Prix Groupe Banque TD de l’artiste émergent et du commissaire émergent, de 10 000 dollars chacun, sont attribués à l’artiste Walter Scott  et à la commissaire Tarah Hogue. Les Prix William et Meredith Saunderson pour jeunes artistes, de 5 000 dollars chacun, vont à Annie Beach, Evin Collis et Niamh Dooley.
« La Fondation Hnatyshyn applaudit ces artistes talentueux », a déclaré Gerda Hnatyshyn. « Nous sommes fort reconnaissants à nos donateurs, William et Meredith Saunderson ainsi qu’au Groupe Banque TD, qui rendent possible la remise de ces récompenses. C’est grâce à leur généreux soutien que nous pouvons poursuivre notre mission qui est d’enrichir le patrimoine des arts au Canada au bénéfice de tous les Canadiens. »
« Nous sommes fiers de commanditer à nouveau cette année les prix de la Fondation Hnatyshyn dans le cadre de notre plateforme d’entreprise citoyenne, la promesse Prêts à agir », a déclaré Andrea Barrack, chef mondiale, Développement durable et Responsabilité sociale au Groupe Banque TD. « Les arts et la culture sont un élément important de notre identité nationale et ils permettent aux gens d’entrer en contact. Investir dans des artistes et des commissaires émergents contribue à garantir l’éventuel succès d’un secteur culturel inclusif. Grâce à notre collaboration avec la Fondation Hnatyshyn, nous contribuons à ouvrir les portes à un avenir plus inclusif. »
« Je félicite les lauréats des Prix Groupe Banque TD de l’artiste et du commissaire émergents de cette année », a déclaré Stuart Keeler, conservateur d’art principal au Groupe Banque TD. « Nous nous sommes engagés à travailler avec des groupes comme la Fondation Hnatyshyn pour contribuer à amplifier toutes les voix du domaine des arts. Le jury, composé de professionnels du milieu de l’art d’un océan à l’autre, souscrivait à la vision de bâtir un avenir inclusif. Ce faisant, nous espérons pouvoir aider les gens à se sentir davantage connectés en se voyant représentés dans l’art et la culture. »
Les lauréats ont été sélectionnés par des spécialistes des arts. La Fondation Hnatyshyn tient à remercier les jurés pour leur généreuse assistance.

Les prix de mi-carrière
Josephine Mills (Lethbridge, Alberta). Directrice et commissaire de l’University of Lethbridge Art Gallery
Louise Déry (Montréal). Directrice de la Galerie de l’UQAM, et lauréate du Prix d’excellence pour le commissariat en art contemporain de la Fondation Hnatyshyn en 2007
Melanie O’Brian (Vancouver). Directrice et conservatrice de la Simon Fraser University Art Gallery
Ivan Jurakic (Kitchener-Waterloo, Ontario). Directrice et commissaire de l’University of Waterloo Art Gallery

Les Prix Groupe Banque TD
Nigel Price (Vancouver). Directeur général de la Contemporary Art Gallery
Michelle Jacques (Victoria, Colombie-Britannique). Conservatrice en chef de l’Art Gallery of Greater Victoria
Wanda Nanibush (Toronto). Conservatrice de l’art autochtone au Musée des beaux-arts de l’Ontario

Les Prix Saunderson
Daina Warren (Winnipeg). Directrice et commissaire à l’Urban Shaman Contemporary Aboriginal Art Gallery, et lauréate du Prix d’excellence pour le commissariat en art contemporain de la Fondation Hnatyshyn en 2018

La Fondation Hnatyshyn est un organisme de bienfaisance privé, mis sur pied par le regretté et très honorable Ramon John Hnatyshyn, vingt-quatrième gouverneur général du Canada, afin d’aider les artistes émergents et établis de toutes les disciplines dans leurs études et leur formation, et qui fait la promotion auprès du public canadien de l’importance des arts dans notre société. Ses programmes sont financés par des dons du gouvernement, de fondations, d’entreprises et de particuliers. Depuis qu’elle a lancé ses programmes en 2006, la Fondation a versé plus de 3,5 millions de dollars à l’appui d’artistes en arts visuels, d’artistes des arts de la scène et de commissaires.

Le Prix Groupe Banque TD du commissaire émergent en art canadien contemporain a été mis en place en 2013. Le programme a été élargi en 2016 pour inclure le Prix Groupe Banque TD de l’artiste émergent en arts visuels. Ces prix sont décernés annuellement à des commissaires et des artistes émergents de moins de 35 ans dont les réalisations suscitent une présence publique et une reconnaissance des pairs.

Pour plus d’informations sur les programmes de la Fondation Hnatyshyn :
Danielle Boily-Desovski – Directrice générale – La Fondation Hnatyshyn – 00.1.613.233.0108 – director@rjhf.com – www.rjhf.com

Pour des informations sur la promesse Prêts à agir, visitez le : www.td.com/ca/fr/a-propos-de-la-td/la-promesse-a-agir/-30-

À propos des lauréats
Dana Claxton
travaille dans les domaines du film, de la vidéo, de la photographie, de la performance, de l’installation multicanaux et de la conservation. Ses œuvres ont été exposées et collectionnées partout dans le monde et ses films ont été projetés dans plus de 30 pays. Son exposition individuelle rétrospective Fringing the Cube sera présentée à la Vancouver Art Gallery à l’automne 2019. Elle est directrice et professeure agrégée au Département d’histoire de l’art, des arts visuels et de la théorie de l’Université de la Colombie-Britannique. Sa pratique, ses recherches et sa vie reposent sur le socio-cosmo-politique, le spirituel et la beauté du quotidien. Sa famille vit dans la réserve de la Première Nation Lakota de Wood Mountain, dans le sud-ouest de la Saskatchewan.

Catherine Bédard est historienne de l’art, commissaire d’exposition et auteure. Elle est titulaire d’une maîtrise en histoire de l’art de l’Université de Montréal et d’un diplôme d’études approfondies en histoire et civilisations de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris. Au cours de sa carrière, elle a assumé le commissariat d’un grand nombre d’expositions et en a organisé tout autant en collaboration avec d’autres commissaires. Elle a traduit les ouvrages de grands historiens tels que Bram Kempers et Jeffrey Hamburger, et a préfacé Anachroniques et Histoires de peintures de Daniel Arasse. Elle était membre du jury du Festival International du Film sur l’Art (2007) et du Scotiabank Photography Award (2014-2016) et elle siège actuellement à la commission mécénat de la Fondation des Artistes, à Paris. Elle ne cesse de promouvoir l’art canadien en France, où elle a développé un vaste réseau culturel couvrant les arts visuels, la musique et le cinéma.
 => Biographie et bibliographie de Catherine Bédard en ligne sur le site des Archives de la critique d’art : Répertoire des critiques d’art
=> Découvrez le Fonds Centre culturel canadien, programmation artistique, Don du Ministère Affaires Mondiales Canada en 2018 initié par Catherine Bédard

Walter Scott est un artiste Kanien’keha:ka (Mohawk) travaillant divers médiums, notamment la sculpture, le dessin, la vidéo, la performance et les romans illustrés. Il navigue entre le social et l’émotionnel. Ses livres et sa bande dessinée Wendy lui ont attiré les louanges de la critique. Il a aussi suscité l’engouement après avoir dit : « Si je reçois le prix, je conclurai la production de mon projet en cours, le troisième volume des bandes dessinées de Wendy. Je pourrai aussi amener mon nouveau projet, un court métrage d’animation de Wendy, à être présenté dans les galeries et les centres d’artistes autogérés. » Ses autres domaines de pratique sont interconnectés, mais distincts. L’année dernière, il a présenté une nouvelle série de sculptures au Remai Modern de Saskatoon. Cette année, il développera quelque chose de nouveau à titre d’artiste en résidence à l’International Curatorial and Studio Program dans le quartier de Brooklyn, à New York.

Tarah Hogue est une conservatrice, travailleuse culturelle et auteure. Elle est la première Senior Curatorial Fellow en art autochtone à la Vancouver Art Gallery, et elle vit sur les territoires non cédés xʷməθkʷəy̓əm, Sḵwx̱wú7mesh et səl̓ilwətaɁɬ depuis 2008. Elle est titulaire d’une maîtrise en critique et conservation des œuvres de l’Université de la Colombie-Britannique et d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université Queen’s. Membre de la Nation métisse, elle est d’ascendance canadienne-française et néerlandaise et elle a grandi à Red Deer, en Alberta, à la frontière entre les territoires des Traités numéros 6 et 7. Son travail réagit souvent à des histoires complexes d’espace par des mouvements adjacents ou résonnants intégrés à des pratiques artistiques contemporaines et elle fait appel à des méthodes de travail fondées sur les processus et la collaboration. Figurent parmi ses plus récents projets réalisés à titre de conservatrice Ayumi Goto and Peter Morin: how do you carry the land? à la Vancouver Art Gallery (2018), The Commute, conjointement avec Freja Carmichael, Sarah Biscarra Dilley, Léuli Eshragi et Lana Lopesi à l’Institute of Modern Art de Brisbane, en Australie (2018) et #callresponse, conjointement avec Maria Hupfield et Tania Willard en partenariat avec la grunt gallery (2016-2019).

Artiste en arts visuels, Annie Beach poursuit un baccalauréat spécialisé en beaux-arts à l’École des Arts de l’Université du Manitoba. D’origine crie et saulteaux iskwew, sa famille est de la Première Nation de Peguis, visée par le Traité numéro 1. Ses œuvres traitent de l’hypersexualisation des femmes autochtones qu’elle conteste en véhiculant une image positive de la sexualité et du corps. Elle utilise aussi l’exagération et l’humour pour examiner les stéréotypes touchant l’identité autochtone. Elle est coprésidente de l’association étudiante de l’école des arts et elle occupe un poste de direction au sein de la section manitobaine de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants. Elle siège au conseil d’administration de la Flux Gallery et d’Ace Art Inc. et elle donne des ateliers d’art pour diverses organisations sans but lucratif. Elle a aussi organisé, conçu et réalisé nombre de murales publiques un peu partout à Winnipeg, avec la collaboration de membres de la communauté et de jeunes, et ses œuvres d’art public ont été présentées à l’échelle nationale. Ses objectifs sont de réaliser des œuvres d’art qui impliquent une participation communautaire et de rendre l’art plus accessible au public.

Evin Collis est un artiste multidisciplinaire et éducateur. Ses dessins, peintures, bandes dessinées, sculptures et animations image par image analysent souvent l’histoire, l’identité, l’isolement et la dégradation du paysage. En 2016, il a obtenu une maîtrise en beaux-arts – peinture et dessin de l’Institut des arts de Chicago. Il a exposé un peu partout au Canada, aux États-Unis et en Italie et a reçu plusieurs bourses du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts du Manitoba et du Conseil des arts de Winnipeg. « C’est un grand honneur de compter parmi les artistes sélectionnés pour un Prix Saunderson cette année. Il m’aidera indubitablement à continuer de créer mes œuvres d’art et d’expérimenter en matière d’animation. »

Niamh Dooley est une artiste contemporaine d’origine oji-crie et irlandaise établie à Winnipeg, sur le territoire du Traité numéro 1. Elle est membre de la bande de St. Theresa Point, sur le territoire du Traité numéro 5 au Manitoba, mais elle a grandi sur le territoire du Traité numéro 3, à Sioux Lookout en Ontario. Elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en beaux-arts de l’Université du Manitoba en 2017. Elle se concentre principalement sur l’exploration de l’identité, les enjeux culturels et son intérêt pour les relations prévalant entre les Autochtones, d’hier et d’aujourd’hui, en les rattachant tant à des matériaux traditionnels que contemporains dans sa pratique artistique. La peinture est sa discipline principale, mais elle y allie souvent diverses techniques, en intégrant par exemple du perlage ou des éléments naturels, pour créer des pièces davantage sculpturales.

Date / Heure

Octobre 17 (Jeudi) 9 h 00 min - Novembre 5 (Mardi) 18 h 00 min

X